Pourquoi une prothèse

CE QUI MOTIVE LA POSE D’UNE PROTHESE DE HANCHE

Nous avons évoqué dans le rappel anatomique, le caractère de merveilleuse mécanique de nos articulations, avec un coefficient de friction très faible. Quelle qu’en soit la cause, la dégradation de cette mécanique peut aboutir au même tableau clinique, qui associe variablement des douleurs, de la raideur, de la boiterie et parfois une inégalité de longueur.

Les origines de cette dégradation sont variées :

A. Le plus souvent c’est une arthrose

L’arthrose est très souvent primitive, sans cause étiquetée, mais favorisée par des facteurs génétiques, la pratique sportive intensive, les professions très physiques, l’âge et probablement les traumatismes.
Elle est parfois secondaires à un défaut architectural congénital ou acquis : fracture, maladie de l’enfance.

Subluxation congénitale Droite
Subluxation congénitale Droite
Coxa vara bilatérale sévère
Coxa vara bilatérale sévère
Fracture du cotyle
Fracture du cotyle
Arthrose après 9 ans (pincement postérieur)
Arthrose après 9 ans (pincement postérieur)

B. Plus rarement c’est une maladie articulaire

Ostéonécrose (ONA) de la tête fémorale primitive ou secondaire :

ONA Stade IV bilatérale + dégradation du cotyle ("stadev")
ONA Stade IV bilatérale, avec dégradation du cotyle ( « stade V »)
Ostéonécrose aseptique

 

Il faut souligner que si douleur et dégradation anatomique sont liées, il n’existe pas de corrélation stricte entre les deux. La tendance habituelle est à une augmentation des douleurs et de la raideur quand l’arthrose progresse, mais on voit aussi des patients très douloureux avec des lésions peu évoluées et à l’inverse une tolérance parfois étonnante à de grosses dégradations.

Pincement localisé postérieur
Pincement localisé postérieur
Coxarthrose D évoluée, mais assez peu symptomatique
Coxarthrose D évoluée, mais assez peu symptomatique
Pincement modéré et Géode antérieure du cotyle
Pincement modéré et Géode antérieure du cotyle

C. Le diagnostic

Il repose sur les données de l’interrogatoire, de l’examen clinique et des radiographies simples.
La radiographie de face et de profil de Lequesne suffit habituellement pour faire le diagnostic et prendre les décisions thérapeutiques. (Cf Fig 18)
Parfois un scanner est utile, par exemple pour des patients très douloureux avec une image discrète (pincement parfois très localisé).
L’I.R.M. n’a d’utilité que dans les nécroses où elle est irremplaçable.

D. Un traitement médical

Un traitement médical doit être essayé. Il comprend ; des mesures d’économie articulaire, un traitement médicamenteux pour diminuer les phénomènes douloureux et inflammatoires, la possibilité de réaliser des infiltrations intra articulaire de corticoïdes retards qui soulagent souvent les patients pendant deux à six mois, alors que les injections d’acide hyaluronique n’ont pas démontré une efficacité incontestable sur le plan scientifique.